métamorphose

Il y a quelque chose d’étrange à être, à 31 ans, une étudiante du quartier latin. Les aspirantes à l’agrégation de lettres m’ont bien déçues. Même celles qui sont jolies sont négligées et mal habillées. Il me semble être Claudine à l’école de Montigny, houspillant ses camarades pas toujours très propres. Est-ce mes souvenirs qui sont mensongers ou bien les étudiantes montpelllieraines avaient plus de chic? C’est peut-être également – horreur – l’effet d’un concours déjà tenté plusieurs fois, qui se manifestera chez moi dans quelques mois (et alors… ongles rongés, cheveux ternes, embonpoint et boutons).

Mais déjà, à la fin du premier jour de cours, la précision du langage, la maîtrise des concepts et du vocabulaire, m’ont acquise à la cause de chacun des occupants de l’amphitéâtre. Et soudain, ce sont les héritières aux tenues impeccables d’une culture générale dispensée par science-po que j’ai fréquenté pendant sept ans dans mon travail, auxquelles aucune règle de la société n’échappe, qui m’apparaissent pauvres et sine nobile.

Publicités

A propos toxicavengeresse

Change de trottoir
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s